Buddhako PDF Imprimer Envoyer

 

Maha GuruIl a été créé par le Maitre Sagar Shresstha, d'abord en groupes clandestins au Népal vers 1980 sans véritable dénomination, puis amené, codifié et répandu en Europe sous le nom Budokai-do vers 1990.
Jeune homme né à Nardevi, habitant Tahachal,quartier de Kathmandu, Sagar fut très tôt dans sa vie témoin de bagarres et de duels à mains nues, mais qui souvent se terminaient au ' kukhuri',( célèbre couteau qu'utilisent les gurkhas,les forces armées Népalaises). Entre toutes ces rencontres violentes, un moment en particulier le marqua. Une simple querelle entre père et fils ou le père tenta de frapper son fils, qui esquiva et pivota a chaque fois qu'un coup fusait et le père finit par perdre son équilibre et tomba. D'avoir vu cet enfant maitriser les coups de son père avec une telle légèreté de déplacement, Sagar viendra à s'en inspirer dans l'avenir.

 

Vers 15 ans, Sagar tomba gravement malade durant plusieurs mois. Sans diagnostic fixe des docteurs, il restera près d'un an tel un mort-vivant. Ses parents finirent par l'emmener et le déposer dans un lieu sacré où il devait s'éteindre. Mais à peine arrivé Sagar se réveilla de son coma et se mit à parler. Il récupèrera bien vite,et décidera de s'isoler loin de la vallée pour reprendre les entraînements.

 

Plus tard, il participera à de nombreux combats clandestins (à l'époque le gouvernement népalais ne tolérait aucun Art Martial sur le sol népalais), parfois pour de l'argent, parfois juste pour apprendre et évoluer. Sa méthode de combat consistait à attendre l'attaque de l'adversaire, se décaler et s'enrouler en pivotant pour contrer l'attaque d'un angle latéral. Si l'adversaire portait une tenue, il l'utilisa en saisissant une manche ou une autre partie pour le déséquilibrer et frapper, parfois en même temps.

 

Au fil des années, Sagar créera ses premiers groupes d'élèves, qui s'entraînaient dans des petites cours intérieures, à même le sol terreux plein de caillasse. Il n'y avait ni protections, ni règles..
et ça se faisait sentir! Il s'agissait simplement de combat réel, où deux adversaires se mesuraient en utilisant leur deux poings, leur deux coudes, genoux, pieds, leur tête, leurs tenues..tout. Les frappes et les projections se faisaient sans retenue.
Ses propres combats lui servaient à évoluer techniquement ,ce qui lui permettait de structurer les cours, toujours à la méthode forte.Il s'inscrivit plusieurs fois aux 'Asian Games', tournoi inter pays d'Asie, qu'il remportera à maintes reprises consécutivement. Mais cela ne changera rien à l'opinion que pouvait porter le gouvernement Népalais à l'égard de tout sport de combat a l'époque vers 1985.

 

Il continua les cours, et les groupes grandirent, mais les entrainements sans protections et sans retenue finirent pas en blesser plus d'un, même très sérieusement.
C'est alors qu'il décida de quitter le Népal et s'exiler en Europe pour mieux faire connaître ses connaissances Martiales et y donner accès au plus grand nombre. Il créa son style,en formatant ses techniques et en créant des règles,et c'est ainsi que naquit le Budokaido(Buddhako). Le style fut immédiatement remarqué dans la famille du Karaté à frappe réelle comme le Kyokushinkai, ou le Shidokan, le Seidokaikan, le Karate Ashihara, car le groupe ne perdit pas de temps et commença immédiatement à faire combattre les élèves dans le plus de tournois possibles. C'est en Hollande,pays des arts martiaux que Sagar commença à enseigner. Il ira ensuite s'installer en Belgique où il créera le quartier maitre, et se dévouera à enseigner et former de nombreux champions ,qui devinrent à leur tour instructeurs. En dix ans le Budokaido comptait des dizaines de milliers de pratiquants dans plus de vingt cinq pays du monde.

 

Les premiers cours furent donnés en Japonais, car le Newari(dialecte népalais) était apparemment trop compliqué à utiliser,en cours comme lors des tournois. C'est en 2002 que les termes népalais
furent réintégrés.

 

Le nom Buddhako fut utilisé par le maitre au Népal a l'époque, à en lire ses propres écrits.
Buddhako veut simplement dire que Buddha vient prendre une grande place dans l'inspiration qu'a eue Sagar, dans sa vie et son évolution. Des temples Bouddhistes où il s'est recueilli pour méditer ou s'entrainer, lieux ou il se ressourçait et trouvait une sérénité nécessaire pour pallier à un mode de vie rude et intense.

buddhako

BUDDHAKO ( KO est une préposition, qui veut dire 'de') = DE BOUDDHA. Inspiré par Bouddha.

 

Quand les termes népalais furent réinstaurés, la question fut posée de la réinsertion de l'ancien nom en même temps que les termes. La raison en était que le style était déjà trop connu et répandu sous le nom Budokai-do, pour encore en changer .
En effet, à l'époque, en 2003, le Budokai-do connaissait un véritable essor partout en Europe, en Afrique, au Canada etc.. mais depuis, malheureusement l'organisme a fort ralenti la cadence..


Les instructeurs ne parviennent pas à gérer les responsabilités que leur a donné Maitre Sagar, c.à.d. d'activement promouvoir ce style dans leur pays ainsi qu'en Europe, et de maintenir une cadence de création de nouvelles sections.
Le nombre d'écoles en Belgique a tristement baissé de 25 a 5 écoles en moins de dix ans.. Mes anciens partenaires d'entraînement devenus enseignants perdent leur désir de continuer et aujourd'hui on voit une discipline qui se meurt car il n'existe plus de hiérarchie., du moins active.
Le maitre Sagar a décidé de fonctionner en retrait, et nombreux sont ceux qui voyaient en lui un grand homme, ne pratiquent plus, car laissés à eux-mêmes sans être prêts ni autonomes.

 

Réalisant que cette réaction se répercutait dans beaucoup de pays, j'ai décidé de me détacher de l'organisme E.B.F. (european budokaido federation) pour créer le clan 'Buddhako', afin de continuer à enseigner le même style sans devoir m'affilier à un autre groupe, et envisager un avenir pour les élèves de cette discipline. Aujourd'hui on peut compter les vrais enseignants du Buddhako(Budokaido) sur deux mains. A l'époque ou je passais ma ceinture noire en 1999, rien que l'équipe Belge comptait 25 ceintures noires.

Un déclin pareil n'étant pas acceptable, l'organisme Buddhako se bat pour faire ressortir les valeurs et les qualités de cet art martial qui est authentique et qui a son histoire.

 

renaud drory

De nombreux titres et trophées, ainsi que plusieurs trophées du meilleur combattant(décernés par les organismes comme le Kyokushinkai aux combattants de Buddhako) ont été gagnés par l'équipe nationale, et c'est de cette manière que le style a pu rester à sa place dans le monde ou plutôt dans la famille des Karaté à frappes réelles.

 

L' impasse que peut connaître la discipline est importante à observer car l'avenir dépend des leçons que l'on peut tirer de chaque chose, et les coups durs nous apprennent souvent bien plus que les victoires faciles. Cela nous rappelle que l'art martial redresse un homme, lui apprend de vraies valeurs, lui montre le courage, le respect et le désir d'aider l'autre; l'homme qui croit véritablement en ces valeurs aura toutes les facultés pour les transmettre.
La pratique du Buddhako se fait dans le respect de Maha Guru Sagar Shresstha,Maitre et fondateur du style.

 

Namasté

Thulo Guru Renaud Drory
Chief I.B.O. ( International Buddhako Organisation )

 

Dernières infos


Animé par Joomla!. Designed by: joomla themes 1.5  Valid XHTML and CSS.

404 - Fehler: 404
404 - Kategorie nicht gefunden

Die Seite kann nicht angezeigt werden, weil:

  1. Ein veraltetes Lesezeichen
  2. Eine Suchmaschine hat einen veralteten Index der Website
  3. Eine falsche Adresse
  4. Kein Zugriff auf diese Seite!
  5. Die angefragte Quelle wurde nicht gefunden!
  6. Während der Anfrage ist ein Fehler aufgetreten!

Bitte eine der folgenden Seiten ausprobieren:

Bei Problemen ist der Administrator dieser Website zuständig..

Kategorie nicht gefunden